icevault8

Comprendre les environnements passés aide à anticiper les changements futurs

Les glaciers des montagnes renferment la mémoire de nos climats et de notre environnement, ce qui permet d’anticiper les changements environnementaux à venir. Or, ces glaciers, presque sur l’ensemble du globe, reculent inexorablement en raison du réchauffement climatique.

Ce patrimoine scientifique est inestimable puisqu’il représente les seuls enregistrements naturels directs des variations de la composition atmosphérique. Or il est condamné à tout simplement disparaître. Apport indispensable à la science environnementale et climatique, cruciale pour l’avenir de l’humanité, la science des glaces n’aura bientôt plus de matière première de qualité en provenance des régions de haute montagne.

Une aventure scientifique et humaine d’envergure mondiale

Il s’agit de faire don d’échantillons de glace des glaciers les plus fragiles à la communauté scientifique des décennies et siècles à venir, quand ces glaciers auront disparu ou perdu la qualité de leur enregistrement.

Lancé et piloté par une équipe franco-italienne, sous le portage de la Fondation Université Grenoble Alpes et des partenaires scientifiques, ce projet a pour vocation de fédérer les glaciologues des principaux pays concernés. Ainsi, ce sont des dizaines de carottes de glace patrimoine  qui vont être forées, analysées puis stockées dans une cave, creusée sous la neige, en Antarctique.  En effet, le haut plateau antarctique où règnent des températures inférieures à -50°C est le congélateur le plus sûr - et naturel - du monde.

Les échantillons, stockés au voisinage de la base franco-italienne Concordia, seront propriété de l’humanité et une gouvernance pérenne et internationale veillera à la conservation et à l’utilisation exceptionnelle et appropriée de ces échantillons.

Il relève de la responsabilité scientifique de notre génération – témoins actuels du réchauffement climatique et de l’endommagement des glaciers de haute montagne - de préserver ces glaces pour les générations qui nous succéderont et pour l’avancée des connaissances durant les siècles à venir. Et cela avant qu’elles ne disparaissent à tout jamais de la surface de notre planète.


Ce projet patrimonial a une vocation mondiale essentielle. En effet, notre équipe a d’ores et déjà lancé une dynamique au niveau de la communauté internationale des glaciologues (France, Italie, Suisse, USA, Chine, Brésil, Russie…) afin d’initier des opérations concertées et optimisées de forages patrimoines issus des principaux massifs englacés. Ainsi, les premières opérations de forage initiées par l’équipe franco-italienne impliquent des scientifiques et ingénieurs issus également des USA, de Russie, Bolivie ou encore Brésil. La communauté internationale des chercheurs travaillant en science des carottes de glace (24 pays regroupés au sein du consortium IPICS) reconnait l’importance du projet et y apporte tout son soutien. Enfin l’UNESCO, par la voix de son programme international d’hydrologie, est associé au projet.