Les étudiants de l'équipe iGEM du site universitaire Grenoble Alpes.
Les étudiants de l'équipe iGEM du site universitaire Grenoble Alpes.

SnapLab, projet coup de cœur de la Fondation récompensé au MIT

À Boston, du 9 au 13 novembre 2017, une équipe de dix étudiants de l'Université Grenoble Alpes, Grenoble INP et l'école Ariès, défendent les couleurs grenobloises lors du concours de biologie synthétique iGEM, organisée chaque année par le Massassuchets Institute of Technology (MIT).

iGEM : un concours étudiant de renommée mondiale


Le concours iGEM (international Genetically Engineered Machine) a été créé en 2004 par le Massachusetts Institute of Technology de Boston (MIT) pour promouvoir la recherche en biologie de synthèse, discipline nouvelle. Chaque année, plusieurs centaines d'équipes du monde entier s'affrontent depuis afin de d'y proposer leur projet d'application de génie génétique innovante.

Ce concours rassemble aujourd'hui plus de 4400 étudiants, chercheurs et industriels du monde entier. Il a pour objectif de stimuler la créativité des étudiants par la réalisation complète d'un projet scientifique, en passant par le financement et la communication autour de celui-ci.

Snaplab : un kit portable de détection du choléra


Une équipe pluridisciplinaire de 10 étudiants grenoblois, de l'Université Grenoble Alpes, de Phelma (Grenoble INP) et de l'école Ariès, a travaillé cette année sur un projet commun pour le concours iGEM. Ils sont allés présenter leur projet, Snaplab, à Boston pour la finale du concours.

Snaplab est un kit portable de détection du choléra destiné aux situations d'urgence médicale. Ce kit de diagnostic est simple d'utilisation, peu cher et autosuffisant : il est notamment rechargeable à l'énergie solaire. Ce kit portable est contrôlé par une application sur smartphone qui permet à l'utilisateur de contrôler le bon déroulement de la procédure sur écran et d'afficher ensuite les résultats de l'analyse. Les résultats pourront être collectés à plus grande échelle, à l'aide d'une géolocalisation précise des cas avéré, permettant de mieux gérer les flux de cette maladie.

Ce projet met à la fois en avant la formation et la recherche de haut niveau du site universitaire Grenoble Alpes, tout en représentant une expérience inégalable pour les étudiants qui y participent.

En vidéo




Mis à jour le 14 novembre 2017