AMICal SAT : le lancement repoussé de quelques mois

le 25 juin 2019
Le lancement du premier nano-satellite développé par le Centre spatial universitaire de Grenoble (CSUG), initialement prévu le 5 juillet, est repoussé de quelques mois. Un aléa fréquent dans le domaine du spatial qui n'impactera pas la mission scientifique.

Initié en 2017 par le CSUG, le projet de nano-satellite AMICal SAT est le fruit d’une collaboration entre une quarantaine d’étudiants de l’UGA et de Grenoble INP, les acteurs de la recherche, de l’industrie et de la formation du site Grenoble Alpes, le Skobeltsyn Institute of Nuclear Physics de l’Université d’état de Moscou et de partenariats avec six mécènes industriels réunis par la Fondation UGA (Air Liquide, Teledyne e2v, Nicomatic, Lynred, Gorgy Timing, NPC System), et l'industriel polonais SatRevolution.

Sans l'implication de tous ces acteurs internationaux, le projet n'aurait certainement pas pu aboutir. Mais c'est aussi leur multiplicité qui aura rendu la tâche complexe jusqu'au dernier moment. Le satellite sera, pendant sa mission, détenu par l'Université Grenoble Alpes (France) mais contrôlé par l'Université de Moscou (Russie), les deux universités étant au final propriétaires des données produites. C’est malheureusement cette particularité qui a entrainé un blocage administratif auprès d’acteurs extérieurs à la collaboration, sur lequel les partenaires n’avaient pas de moyen d’agir, blocage qui a finalement conduit au report du lancement.

Si ce retard est contrariant pour les équipes du CSUG, leurs partenaires et l'ensemble des chercheurs qui attendent les données issues des observations de ce satellite avec impatience, il n'aura pas d'impact sur la mission scientifique : l'observation des aurores polaires n'est pas contrainte dans le temps.

Une nouvelle date pour le lancement devrait être fixée rapidement.

Mis à jour le  2 juillet 2019