Séminaire annuel réunissant les acteurs des mondes de l'industrie, de l'éducation et de la recherche
Séminaire annuel réunissant les acteurs des mondes de l'industrie, de l'éducation et de la recherche

La 3e édition des "Rencontres entre les mondes industriel et éducatif"

le 11 avril 2019
Le 11 avril 2019, la Maison pour la science en Alpes-Dauphiné a organisé la troisième édition des "Rencontres entre les mondes industriel et éducatif" à la Maison MINATEC. Réunissant une soixantaine d'acteurs des mondes de l'industrie, de l'éducation et de la recherche, cet événement avait pour objectif de favoriser l’engagement des industriels dans la formation des enseignants.

En introduction de ce séminaire, Michel Baribaud, directeur de la Maison pour la science en Alpes-Dauphiné (MPLS), a rappelé les missions de cette structure de formation des enseignants en sciences, rattachée à l'Université Grenoble Alpes, et membre d'un réseau coordonné par la Fondation La main à la pâte. Engagée depuis 2017 dans une démarche de rapprochement des entreprises et du monde enseignant, la Maison pour la science en Alpes-Dauphiné a développé de nombreux liens avec des entreprises du territoire dans divers domaines. Leur engagement dans la formation des enseignants a alors pris la forme d’un soutien financier, d'une visite de site ou même d’une participation des salariés aux actions de formation proposées par la MPLS.

Marie-Christine Bordeaux, Vice-Présidente Culture et Culture Scientifique à l'UGA a appuyé cette description avec notamment quelques chiffres-clés : 52 sessions de formations en 2018-19, 1200 enseignants formés, avant de conclure : "Je crois en votre expérience car c'est l'exemple qui marche le mieux". Puis, Thierry Uring, délégué général de l’UDIMEC, a expliqué qu’il avait choisi de soutenir la Maison pour la science car son enjeu est primordial pour lutter contre la désaffection pour les études scientifiques.

© Thierry Morturier / UGA

Le séminaire s'est poursuivi avec une conférence de Frédéric Perrot, directeur de site chez STMicroelectronics, sur la digitalisation des entreprises. Opportunité ou menace ? L'ancien Directeur Général de l'entreprise ARaymond a retracé l'évolution de nos modes de vie et de travail pour ouvrir sur les perspectives prometteuses de l'exploitation des données numériques. Les discussions qui ont suivi ont permis d’aborder des questions techniques mais aussi et surtout éthiques.

© Thierry Morturier / UGA

En deuxième partie du séminaire, une table-ronde était proposée aux participants, réunissant :
  • Lhassen Belarouci (Rectorat)
  • Bérangère Guicherd (Symbio)
  • Anne-Catherine Ohlmann (Fondation UGA)
  • Frédéric Perrot (STMicroelectronics)
  • Emmanuel Sabonnadière (CEA LETI)

Pour lancer les discussions, Didier Roux, Vice-Président de la Fondation La main à la pâte, animateur des échanges, a rappelé l'importance de l'enseignement des sciences fondé sur l’investigation auquel forment les Maisons pour la science (MPLS) : il permet aux élèves non seulement d'acquérir des connaissances scientifiques mais surtout des méthodes de raisonnement, d'expérimentation et donc d'apprentissage par eux-mêmes.

En se plaçant à l'interface du monde industriel et du monde éducatif, les MPLS peuvent également jouer un autre rôle important : contribuer à combler les écarts souvent perçus entre les enjeux des entreprises et les préoccupations quotidiennes des citoyens. Un rôle qu'ambitionne également de jouer la Fondation UGA dont la mission "est de faire du lien entre les acteurs du site académique grenoblois et les entreprises au service de l'intérêt général, notamment au travers du partage des connaissances" comme l'a rappelé sa directrice Anne-Catherine Ohlmann.

Cet événement a aussi été l’occasion du lancement d’une campagne de don en ligne pour soutenir le projet via la Fondation UGA : https://don.fondation-uga.fr/soutenir-fondation-mpls

Mis à jour le  30 avril 2019