Mongkolchon Akesin

Contexte

Depuis son apparition en France et à date du 16 mars 2021, date anniversaire du premier confinement, l’épidémie de Covid19 a officiellement infecté 4,132 millions de Français et entraîné 90 924 décès. Au niveau mondial, ce sont 120 millions de cas confirmés, pour 2,662 millions décès.

Suite à la première vague de malades du printemps 2020, nous constatons maintenant, et malgré la mise en place de soins adaptés, un afflux de patients post-covid. Les dernières études estiment que 10% des personnes contaminées présentent des symptômes persistants de la Covid19 plus de 3 mois après leur infection. En France, cela représenterait donc au minimum 400 000 personnes et l’OMS appelle les Etats à se mobiliser sur cette priorité, pour accompagner au mieux des patients dans l’impasse et adapter les systèmes de santé et sécurité sociale pour leur prise en charge.

Enjeux

Comprendre et établir si le post Covid19 peut devenir une nouvelle maladie chronique représente un enjeu sociétal et sanitaire majeur. Dès lors, développer des stratégies de soins holistiques innovants, soutenus notamment par la santé numérique s’avère indispensable. C’est ce défi que l’équipe de recherche grenobloise, dirigée par le professeur Renaud Tamisier du Laboratoire HP2 (UGA/Inserm), se fixe de relever pour répondre à l’urgence de cet objectif de santé publique.

En mobilisant dans une étude multicentrique les compétences et les expertises des CHU de Grenoble, Nancy, Créteil et Avicennes, de l’Université de Stanford aux USA et de la Chaire MiAI à Grenoble, le projet va durer 5 ans et suivre une cohorte de 400 patients. Les patients seront suivis après leur infection, avec des points d’étape à 3, 6 et 12 mois, puis à 3 ans et 5 ans.

Les recherches porteront notamment sur l’étude de la détérioration à long terme de la fonction respiratoire et des capacités musculaires ventilatoires et à l’exercice, ainsi que sur l’étude des syndromes de stress post-traumatique et des troubles mentaux renforcés par des perturbations du sommeil. L’objectif est de construire des parcours de soin et de réhabilitation pour ces personnes qui pourront être généralisés dans le suivi des patients présentant des séquelles à long terme de la Covid19.

Financement en mécénat

Le projet et les inclusions de patients ont démarré en 2020 et l’équipe de recherche a sollicité la Fondation UGA pour un soutien financier. Le coût global du projet s’élève à plus de 700.000 € sur 5 ans. Grâce au soutien du laboratoire Bioprojet et de donateurs particuliers fortement mobilisés, la Fondation UGA a pu co-financer le projet et sécuriser le financement de cette recherche pour les 5 prochaines années.

De futures recherches sur cette cohorte pourraient être mises en œuvre dans les prochains mois, pour couvrir d’autres impacts à long terme non étudiés actuellement.
Retrouvez les chiffres actualisés en direct de la John Hopkins University sur https://coronavirus.jhu.edu/map